11:26 - October 26, 2020
Code de l'info: 3474561
Téhéran(IQNA)-Le Cheikh d’Al-Azhar et le centre jordanien des fatwas ont condamné les blasphèmes en France, jugeant les insultes aux prophètes divins inacceptables.
« Nous assistons à une attaque programmée pour engager l'islam dans des batailles politiques et créer le chaos », a tweeté le Cheikh Ahmad al-Tayyib, selon le site d'information Al-Yawm Al-Sabeeh, « Nous n'acceptons pas que nos symboles et nos valeurs sacrées soient les victimes de spéculations sans valeur sur le marché de la campagne électorale.  Je dis à ceux qui justifient ces manques de respect au prophète de l'Islam, que le vrai problème réside dans votre insuffisance intellectuelle et votre étroitesse d’esprit, et je vous rappelle que la responsabilité la plus importante des dirigeants est de maintenir la paix civile et la sécurité dans la société, et de défendre le respect de la religion, sans tomber dans le piège de la sédition et des batailles au nom de la liberté d'expression ». 
 
Le Centre jordanien des fatwas a également publié une déclaration disant que ceux qui insultent le prophète avaient une connaissance nulle du prophète qui a toujours appelé à la fraternité, la tolérance et l'amitié. « L'insistance du journal français à publier ces caricatures insultantes montre sa volonté d'inciter à la haine et d’intensifier les conflits dans le monde. Il faut éviter la violence, le terrorisme et les insultes qui sèment la haine dans la population », a précisé le Centre jordanien des fatwas.
واکنش الازهر و دارالفتوای اردن به اهانت به پیامبر اسلام (ص) در فرانسه
Selon le Centre d'information sur la Palestine, les Palestiniens vivant dans la ville de Rafah dans le sud de la Bande de Gaza, se sont rassemblés pour condamner les insultes à l’image du Prophète de l'Islam (psl). Le rassemblement s'est tenu à l'invitation du Mouvement de résistance islamique du Hamas, sur la place des Martyrs à Rafah, et a réuni des dizaines de personnes et des représentants de groupes palestiniens. 
 
Juma al-Ghoul, un des dirigeants du Hamas à Rafah, a déclaré dans un discours, qu’il condamnait la publication des caricatures sur le prophète de l'islam (psl) dans les journaux français, et les propos d’Emmanuel Macron qui a affirmé que la publication des caricatures du prophète de l'islam (psl) dans ce pays, faisait partie de la liberté d'expression.
 
Suite à ces propos, deux femmes musulmanes voilées ont été agressées au couteau à Paris, sans que les autorités françaises ne prennent position.
 
Charlie Hebdo a écrit dans un éditorial, que ces caricatures controversées « appartiennent à l'histoire et que l'histoire ne peut pas être réécrite ou effacée ».
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: