10:46 - October 21, 2020
Code de l'info: 3474521
Téhéran(IQNA)-Malgré leur forte présence dans l'histoire et la société françaises, les musulmans ont toujours été une minorité victime de discriminations et de traitements xénophobes de la part des responsables gouvernementaux et des législateurs, au point que les récentes déclarations et actions du gouvernement français contre les musulmans, ont été comparées la chasse aux sorcières dans l'Europe médiévale. 
Après l’assassinat d'un professeur d'histoire, Emmanuel Macron et son gouvernement ont adopté une approche différente dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, qui semble davantage viser l'islam qui se développe en France.
 
L'activiste musulman, Idriss Sihamedi, chef de l'association caritative islamique de la ville de Baraka City qui cherchait à organiser l'opposition à la nouvelle loi de Macron sur le séparatisme, qui selon les critiques, cible principalement l'islam et les musulmans en France, a été arrêté sous prétexte de harcèlement sur Twitter, après des révélations sur une islamophobe nommée Zeinab al-Ghazvi qui travaillait pour le magazine Charlie Hebdo. 
 
Conformément aux mesures prises par le ministre français de l'Intérieur, Gérald Darmanin, les autorités françaises ont l'intention d'expulser 231 étrangers dont 180 sont actuellement en détention et dont 51 autres pourraient être arrêtés prochainement. Le gouvernement français serait en pourparlers avec les responsables algériens, tunisiens et marocains pour le renvoi de ces ressortissants étrangers.
اسلام‌هراسی دولتمردان فرانسه یادآور قرون وسطا و شکار جادوگران
Les récentes actions et discours de Macron critiquant l'islam et les musulmans, qui ont été condamnés par de nombreux responsables et organisations dans les pays islamiques, plutôt que de stopper l'extrémisme le renforcent et visent les musulmans modérés qui n'ont pas de problèmes avec les valeurs de la société française et de l'Occident en général. Dans un certain nombre de discours et de déclarations au cours des derniers mois, le président français a affirmé que l'islam était en crise dans le monde, et s'est engagé à prendre les mesures nécessaires pour réprimer ce qu'il qualifie de « séparatisme islamique ». 
 
Les anciens dirigeants français avaient aussi pris des mesures pour cibler la population musulmane, avec l'interdiction du foulard à l'école, mais aucun des dirigeants comme Macron, ne s'était directement opposé à l'islam en tant que religion.  Dans la foulée, le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé avoir fermé environ 73 lieux liés aux musulmans, dont des mosquées et des cafés, en raison de la présence d'islamistes, et sous prétexte de lutter contre l'extrémisme. 
اسلام‌هراسی دولتمردان فرانسه یادآور قرون وسطا و شکار جادوگران
Les propos de Gérald Darmanin confirment surtout l’islamophobie des autorités françaises, car les musulmans français estiment que la définition gouvernementale de l'extrémisme est très large et diversifiée, et inclut presque tous les musulmans dans la catégorie des extrémistes. Cela risque de mener à une radicalisation des musulmans exclus de la société française, en raison de l'islamophobie généralisée qui règne dans ce pays.
Mohammad Hassan Goudarzi
Prénom:
Email:
* Commentaire:
* captcha: