10:47 - August 14, 2019
Code de l'info: 3470328
Les affrontements à Aden et l’éventuelle décision des Emirats de réduire leurs troupes au Yémen, ont entrainé le pays dans une nouvelle phase des développements internationaux. 

Après la guerre, les troubles et les hauts et les bas sur le plan militaire et politique au Yémen, d'autres incidents sont apparus dans ce pays qui peuvent être un point de départ d'événements très importants dans la crise yéménite.
 
Les séparatistes yéménites soutenus par les Émirats arabes unis, qui appellent à la séparation du sud, se sont emparés des bases militaires et du palais présidentiel d'Aden, forçant les partisans de l'Arabie saoudite et d’Abd Rabbo Mansour Hadi, à faire marche arrière.
 
Les forces séparatistes soutenues par Abou Dhabi, rêvent de former un État indépendant appelé "Yémen du Sud". Les forces émiraties ont infiltré le sud du Yémen, au cours des dernières années, et dans certaines régions, c’est aussi le cas des terroristes d'Al-Qaïda et de Daesh.
 
Certains rapports suggèrent que les responsables fidèles à Mansour Hadi, ont été envoyés en Arabie saoudite suite aux récents événements à Aden.
تحولات عدن؛ شکاف در ائتلاف عربی یا استراتژی جدید امارات/ در حال تکمیل
Ahmad al Misri, ministre de l'Intérieur de Mansour Hadi, avant son vol, a annoncé dans un tweet, sa défaite et félicité les frères aux Émirats arabes unis, précisant que ce n'était pas la dernière bataille et qu’il reviendrait.
 
Il a poursuivi en critiquant Abou Dhabi, que plus de 400 voitures des Emirats, remplis d'armes et de munitions, et chargées de milliers de mercenaires, s’étaient déployées partout à Aden et qu’ils n'avaient que des armes de base pour les affronter.
 
Quatre ans après le début de la guerre au Yémen, l'attention de la communauté internationale sur la crise dans le pays, s'est déplacée au sud où les deux forces unies pour combattre Ansarullah se battent maintenant les unes contre les autres. D'un côté se trouve Aden et les séparatistes, et de l'autre, le groupe qui se considère toujours comme le gouvernement légitime après la démission et l'évasion de son chef, Mansour Hadi, et de son entourage en Arabie saoudite. 
 
Mansour Hadi, dans ses dernières déclarations, a accusé les Emirats de soutenir les séparatistes et un coup d'Etat à Aden, et a appelé à la fin des affrontements dans la ville.
تحولات عدن؛ شکاف در ائتلاف عربی یا استراتژی جدید امارات
La semaine dernière, des attaques contre les séparatistes yéménites ont eu lieu, faisant des dizaines de morts. Le groupe a pointé du doigt la Confrérie d’Al-Salah et accusé Abd Rabbo Mansour Hadi d’avoir laissé la Confrérie s’infiltrer dans son organisation. Le 7 août 2019, le Conseil de transition du Sud a officiellement appelé ses troupes à rester en alerte.
 
Le vice-président du Conseil, Hani bin Barik, a accusé Mansour Hadi de soutenir la Confrérie d’Al-Salah et a appelé ses militants à attaquer le palais présidentiel. Les séparatistes du sud ont mené des actions armées contre les forces pro-Mansour Hadi, et ont pris le contrôle de la ville d'Aden. Plusieurs personnes ont été tuées et blessées au cours de ces affrontements.
تحولات عدن؛ شکاف در ائتلاف عربی یا استراتژی جدید امارات/ در حال تکمیل
La réponse des Emirats s'est limitée à un tweet du ministre d'Abou Dhabi, Anwar Qarqash, qui a appelé à un cessez-le-feu, et l'Arabie saoudite a mis en garde contre les conséquences de ces développements, selon le porte-parole de la coalition arabe.
 
Le 12 août, Mohamed ben Zayed al-Nahyan, prince héritier d’Abou Dhabi, et le roi saoudien Salman bin Abdulaziz se sont rencontrés à Djedda, pour discuter sur la situation au Yémen.
 
Ces événements se sont produits alors que les Emirats sont le principal allié de l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen, en particulier dans les combats au sol. Jusqu'ici l’Arabie saoudite menait les frappes aériennes et les Emirats organisaient les combats au sol et les entraînements militaires.
 
Bien que les groupes pro-Mansour Hadi et les séparatistes yéménites soient unis contre les Houthis qui contrôlent la ville importante de Sanaa, les événements récents ont entraîné la scission des deux groupes, et des divisions dans la tactique et les objectifs de l'Arabie saoudite et des Emirats Arabes Unis. La première étincelle avait eu lieu peut-être, lorsque des médias comme Reuters et le Wall Street Journal ont annoncé la décision des Emirats de se retirer de certaines régions du Yémen, notamment du district stratégique de Hadidah.  Les Emirats avaient qualifié cette initiative « d’arrangement stratégique », affirmant qu’il ne s’agissait pas de quitter la coalition arabe mais plutôt d’aider l’ONU à instaurer la paix.
تحولات عدن؛ شکاف در ائتلاف عربی یا استراتژی جدید امارات/ در حال تکمیل
Mohammed al-Bakhiti, membre éminent du mouvement Ansarullah, a déclaré que le conflit à Aden était le résultat naturel d'un conflit d’intérêts entre l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, et que les principaux perdants étaient leurs alliés yéménites.
 
De nombreuses questions se posent après ces évènements. La première question est de savoir comment les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite qui semblent être des alliés, ont laissé s’affronter les forces placées sous leur protection ? Les Emirats sont-ils fatigués de la guerre au Yémen et des Saoudiens,  alors que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, avait lancé ses frappes aériennes sur certaines régions du Yémen, en mars 2015, avec l’aide des Émirats arabes unis ? Ou les développements actuels sont-ils un prélude à des négociations et à la paix au Yémen.
 
Au cours des quatre années de guerre contre le Yémen, les forces saoudiennes ont à plusieurs reprises, bombardé les positions d'Ansarollah et fait des milliers de morts et de blessés, dont de nombreux civils. Les rapports indiquent que de nombreuses mosquées, écoles, usines et infrastructures ont été ciblées dans les attaques saoudiennes, et que 80% de la population a un besoin urgent d'assistance humanitaire.
Prénom:
Email:
* Commentaire: